VirPath

Contexte scientifique et médical des virus influenza
Les virus influenza appartiennent à la famille des Orthomyxoviridae et sont regroupés en trois types (A, B et C). Ce sont des virus enveloppés dont le génome se présente sous la forme de huit segments d’ARN simple brin, de polarité négative. Les virus de type A sont isolés chez l’homme et chez plusieurs espèces animales, notamment les oiseaux, tandis que les virus de type B et C ne sont pratiquement isolés que chez l’homme. Seuls les virus de type A ont un potentiel pandémique. Ils sont divisés en sous-types dont la classification repose sur les spécificités antigéniques des deux glycoprotéines de surface : l’hémagglutinine (HA 1 à 16) et la neuraminidase (NA 1 à 9).

La grippe est une infection virale due aux virus influenza de type A et B qui provoquent chaque hiver une épidémie responsable d’un à huit millions de cas. Comme dans de nombreux pays, ces bouffées épidémiques ont un impact important en termes de mortalité et de morbidité ; la léthalité moyenne d’une épidémie de grippe est de l’ordre de 0,1 %.

Les virus influenza sont des micro-organismes pathogènes dont les mécanismes du cycle réplicatif présentent encore un certain nombre de zones d’ombres. Alors que les connaissances fondamentales et cliniques de ces virus sont de plus en plus riches et complexes, les déterminants de pathogénicité, la nature de la réponse immunitaire post-infectieuse et post-vaccinale ainsi que les éléments viraux participant à la coopération virus-bactérie ne sont encore que partiellement compris. De la même manière, bien que le cycle réplicatif viral se déroule dans le noyau des cellules infectées, la régulation fine et les sites subcellulaires des mécanismes de réplication et de transcriptions virales restent à caractériser.

Par ailleurs, les virus influenza sont par définition en constante ré-émergence. Cela reflète leur capacité à brasser des matériels génétiques entre virus de sous-types identiques ou différents, d’origine humaine et/ou animale. Ces échanges de gènes conduisent parfois à l’apparition d’un nouveau sous-type adapté à l’homme qui peut conduire à une pandémie. Les mécanismes d’apparition de ces virus et les déterminants moléculaires viraux et cellulaires qui contrôlent le réassortiment génétique ne sont pas encore entièrement identifiés.

La lutte contre la grippe repose sur deux piliers : l’approche prophylaxique, grâce notamment à la vaccination et l’approche thérapeutique grâce au développement d’antiviraux. Ces deux champs de recherche sont encore à étoffer, afin d’améliorer la réponse immunitaire post vaccinale, ou afin de renforcer et enrichir l’arsenal thérapeutique qui pourra permettre de mieux lutter contre ces virus.